Lalonde

La Seigneurie, centre de généalogie et d’histoire de Hawkesbury, offre cette chronique avec grand plaisir à Romain Lalonde et Louise Charrette pour souligner le vingt-cinquième anniversaire de leur union. Pendant douze générations, les enfants Lalonde ont perpétué l’histoire familiale avec force, amour, dignité et persévérance. Le sillon du laboureur a tracé le chemin de la Normandie à l’est ontarien. Longue vie à la famille Lalonde !
Le premier ancêtre en Nouvelle-France est Jean de Lalonde dit L’Espérance, natif du Havre-de-Grâce, Rouen, Normandie, France. Fils de Philippe et Jeanne Duval de Notre-Dame, Le Havre, Normandie, France, il est soldat, membre du régiment de Carignan, venu en Nouvelle-France pour garantir la sécurité des colons.
À partir de Sorel, la famille vécut sur la partie sud-ouest de l’Isle de Montréal, puis à Lachine et en la paroisse Sainte-Anne-du-Bout-de-l’Isle. Jean et Marie eurent cinq enfants, dont Jean-Baptiste et Guillaume qui assureront la paternité des familles Lalonde en Amérique. Jean de Lalonde fut tué lors d’un affrontement avec les Amérindiens à la Baie d’Urfé le 30 septembre 1687. Son corps repose sous l’église de Sainte-Anne-de-Bellevue.

Générations

   12e Mélissa, Vanessa et Francis Lalonde
       baptisés en la paroisse Saint-Victor, Alfred, Ont.
   11e Romain Lalonde – Louise Charette
       m. le 1985-06-08 à Saint-Victor, Alfred, Ont.
   10e Raymond Lalonde – Simone Lalonde
       m. le 1960-07-30 à Saint-Bernardin, Ont.
    9e Donat Lalonde – Rose Alma Sareault
       m. le 1929-11-12 à Saint-Bernardin, Ont.
    8e Pierre Lalonde – Emma Lalonde
       m. le 1907-10-14 à Saint-Bernardin, Ont.
    7e Télesphore Lalonde – Rosalie Vallée
       m. le 1876-02-28 à Saint-Luc, Curran, Ont.
    6e Joseph Lalonde – Élisabeth Aquin
       m. le 1835-02-17 à Saint-Polycarpe, Qc
    5e Joseph Lalonde – Geneviève Daoust
       m. le 1809-01-30 à Sainte-Geneviève, Pierrefonds, Qc
    4e Étienne Lalonde – Charlotte Levaque/Bapome
       m. le 1777-01-20 à Saint-Joseph-de-Soulanges, Les Cèdres, Qc
    3e Albert Lalonde – M. Angélique Montpetit
       m. le 1746-02-07 à Sainte-Anne-de-Bellevue, N.-F.
    2e Guillaume Lalonde – M. Madeleine Hélène (Allyn)
       m. le 1710-04-27 à Sainte-Anne-de-Bellevue, N.-F.
    1re Jean de Lalonde/L’Espérance – Marie Barbant
       m. le 1669-11-14 à Sorel, Nouvelle-France
       c. de m. le 1669-11-14, greffe Antoine Adhémar

En 1669, au moment où Jean et Marie fondent leur foyer, Daniel Rémy de Courcelle est le gouverneur de la Nouvelle-France et Jean Talon en est l’intendant.
« Courcelle favorise un voyage de missions entrepris par les Sulpiciens Dollier de Casson et René de Brehant de Galinée vers les Grands Lacs. Les missionnaires se rendent jusqu’à la rive nord du lac Érié. 1 »

_____________________________________________________

1 6. Lacoursière, Jacques & al. Canada · Québec, synthèse historique, Éd. Renouveau Pédagogique, 1970

Leblanc

Les familles Leblanc sont à l’honneur. Caroline Tellier a contribué à la préparation de cette chronique généalogique pour rendre hommage aux ancêtres paternels de sa grand-mère Mary Ethel Leblanc.
Le premier ancêtre au pays est Jacques Leblanc. Fils de Daniel et Françoise Gaudet mariés vers 1650, d’Acadie, il épouse Catherine Hébert, fille d’Antoine et Geneviève Lefranc, possiblement à Port-Royal, Acadie. De ce mariage sont issus six filles et six garçons.
Port-Royal existe depuis 1605. On se souvient qu’en mars 1604, une expédition française s’embarque pour l’Acadie. « Au début de mai, on touche terre à La Hève, au sud de la presqu’île acadienne. En vue de trouver un site favorable, on pénètre à l’intérieur de la baie Française (Fundy) dont on longe les rives. Les Français 1 » (Pont-Gravé, Champlain, le baron de Poutrincourt, De Monts et 120 hommes de métier) « découvrent les rivières Saint-Jean et Sainte-Croix. C’est dans une île, à l’embouchure de cette dernière, que De Monts décide de s’établir, au moins pour un temps. Il construit une habitation fortifiée, dont Champlain avait dressé les plans.
Entre temps, Champlain poursuit l’exploration des côtes. Il reconnaît la rivière Penobscat qu’il remonte sur une longueur de 50 milles.
Le premier hivernement est très dur. La neige fait son apparition en octobre et ne disparaît qu’en avril. Plus de 35 des 80 hivernants périssent du scorbut.
Le printemps suivant (1605), on explore de nouveau le littoral, à la recherche d’un meilleur site. De Monts et Champlain atteignent … Cape Cod. 2 »
De retour « à la baie Française, on construit une nouvelle habitation à Port Royal … (automne 1605). 3 »

Générations

   11e Caroline Tellier – Jacques Duhaime
       m. le 1986-09-13 à Cartierville, Qc
   10e Robert-Arthur Tellier (1931-2018) – Jeannine Bertrand (1928-2014)
       m. le 1954-06-26 à Saint-Laurent (Mtl), Qc
    9e Mary Ethel Leblanc – Francis Alexander Tellier
       m. le 1931-02-12 à Détroit, Michigan, É.-U.
    8e Arthur Leblanc – Florence McDonald
       m. le 1897-10-17 au Michigan, É.-U.
    7e Léon Leblanc – Mathilde Tellier
       m. le 1876-01-11 à Saint-Zotique, Qc
    6e Léon Leblanc – Philomène Bériault
       m. le 1853-10-17 à Saint-Zotique, Qc
    5e François-Régis Leblanc – Josephte Le Mai/Delorme
       m. le 1806-08-30 à Les Cèdres, Qc
    4e Étienne Leblanc – Amable Rivard/Loranger
       m. le 1778-11-16 à Yamachiche, Qc
    3e Joseph Leblanc – M. Madeleine Mélançon
       m. le 1742-11-26 à Grand-Pré, Acadie
    2e Jacques Leblanc – Élisabeth Boudrot
       m. vers 1715, de Grand-Pré, Acadie
    1re Jacques Leblanc – Catherine Hébert
       m. vers 1673, d’Acadie

Au moment où Jacques et Catherine fondent leur foyer, Louis de Buade de Frontenac est le gouverneur de la Nouvelle-France et Jean Talon en est l’intendant.

_____________________________________________________

1 Lacoursière, Jacques & al. Canada · Québec, synthèse historique, Éd. Renouveau Pédagogique, 1970
2 idem
3 idem

Lebrun

Les familles Lebrun sont à l’honneur. Marianne Montpetit Bonin, a participé à la préparation de
cette chronique généalogique en tant que membre de La Seigneurie, centre de généalogie et
d’histoire de Hawkesbury.
Le premier ancêtre au pays est Pierre Lebrun/Saint-Antoine, navigateur, fils de Guillaume Lebrun
et Françoise Roger de Saint-Similien, faubourg Les Marchix, Nantes, Bretagne, Loire-Atlantique,
France. Il épouse Marie Angélique Lanceleur, fille de René et Marie Barbe Dumesnil, [contrat de
mariage le 20 octobre 1748, greffe Claude Louet)].
Pierre Lebrun, soldat du régiment de Berry, nous vient de Bretagne. « Proue de l’Europe, défiant
l’immensité atlantique, attaquée de flanc par les larmes rageuses de la Manche, la Bretagne aux
rivages tourmentés est un exemple d’unité dans la diversité, un pays à forte personnalité et à
multiples visages. Très indépendante, profondément originale, cette vaste province ne s’est jamais
fondue totalement dans le creuset national. « Nous joignons le duché de Bretagne avec le royaume
de France, perpétuellement, de sorte qu’ils ne puissent être séparés … » Plus de quatre siècles
après la proclamation de l’édit d’Union par François Ier, les Bretons demeurent attachés à leurs
particularismes, à une vieille langue celtique toujours vivante, quoique inégalement et différemment parlée selon les sous-régions : enseignée à l’université après avoir été honnie par les
instituteurs, elle inspire les bardes qui chantent la Bretagne … sur les rythmes d’aujourd’hui. » ¹

Générations

   9e Daniel Lebrun
      né à North Lancaster, Ont.
   8e Richard Lebrun – Ghislaine Bonin
      m. le 1983-05-13 à Alexandria, Ont.
   7e Rosaire Lebrun – Edna Saint-Denis
      m. le 1959-05-29 à Alexandria, Ont.
   6e Léopold Lebrun – Clara Sauvé
      m. le 1927-12-26 à Rivière-Beaudette, Qc
   5e Maxime Lebrun – Mary Brunet
      m. le 1885-08-17 à Glen Nevis, Ont.
   4e Eustache Lebrun – Ellen Bélanger
      m. le 1842-01-10 à Saint-Eustache, Qc
   3e Eustache Lebrun – Marie Blais
      m. le 1818-04-13 à Sainte-Geneviève, Pierrefonds, Qc
   2e François Brun/Saint-Antoine – M. Angélique Janvry/Bélair (inscrite à son mariage sous le nom de Marie Louise)
      m. le 1783-01-07 à Sainte-Geneviève, Pierrefonds, Qc
   1re Pierre Brun/Saint-Antoine – M. Angélique Lanceleur
      m. le 1748-10-21 à Québec, Nouvelle-France

Au moment où Pierre et Marie Angélique fondent leur foyer, le 18 octobre 1748, Français et Anglais signent le traité d’Aix-la-Chapelle par lequel l’Angleterre rendait Louisbourg (Acadie) à la France pour reprendre Madras (Inde).

Leduc

Les familles Leduc sont à l’honneur. Marianne Montpetit, membre de La Seigneurie, Centre de généalogie et d’histoire de Hawkesbury, a contribué à la préparation de cette chronique généalogique pour rendre hommage aux ancêtres paternels de sa belle-mère, Théodora Leduc Bonin.
Le premier ancêtre au pays est Pierre Leduc, fils de Pierre et Anne Martin. Il épouse Catherine Fortin, fille de Louis Fortin dit Lagrandeur et Catherine Godin. De ce mariage sont issus cinq filles et six garçons, baptisés à Lachine, Sainte-Anne-de-Bellevue et Pointe-Claire. Pierre était soldat de la compagne de Lamothe, puis maître chaudronnier. Sa sépulture a lieu le 29 février 1740 à Sainte-Anne-de-Bellevue. Pierre nous vient de Normandie. Cette vieille province française nous a donné beaucoup d’ancêtres.
En 911, le roi Charles le Simple donna officiellement la région aux Normands, pirates scandinaves qui n’avaient pas attendu l’autorisation royale pour l’occuper. Le duc de Normandie, Guillaume le Conquérant, étant devenu roi d’Angleterre, son duché fut un fief anglais de 1106 à 1204. Âprement disputée pendant la Guerre de Cent Ans, La Normandie fut rattachée à la couronne de France en 1468. Le sort de l’Europe s’est joué le 6 juin 1944 sur les plages normandes, théâtre du débarquement des Alliés. » ¹

Générations

   11e Rhys, Ethan, Ingleton
       n. à Grand Bend, Ont.
   10e Chantal Ravary – Bev Ingleton
       m. le 2001-09-22 à Grand Bend, Ont.
    9e Marie-Paule Bonin – Gaëtan Ravary
       m. le 1968-07-20 à Sainte-Anne-de-Prescott, Ont.
    8e Jean-Paul Bonin – Marie-Anne Montpetit
       m. le 1944-10-07 à Saint-Polycarpe, Qc
    7e Théodora Leduc – Alfred Bonin
       m. le 1919-01-20 à Sainte-Justine-de-Newton, Qc
    6e William Leduc – Flavie Lafrance
       m. le 1893-01-10 à Montréal, Qc
    5e Stanislas Leduc – Adeline (Délina) Liboiron
       m. le 1867-09-02 à Saint-Michel, Vaudreuil, Qc
    4e Théodore Leduc – Angélique Lalonde
       m. le 1821-11-05 à Les Cèdres, Qc
    3e Charles Leduc – Marie-Angélique Gauthier
       m. le 1785-10-10 à Saint-Michel, Vaudreuil, Qc

   2e Michel Leduc – Marguerite Cuillerier
       m. le 1744-06-01 à Ste-Anne-de-Bellevue, N.-F.
    1re Pierre Leduc – Catherine Fortin
       m. le 1700-06-28 à Lachine, Nouvelle-France

Que se passe-t-il au pays au moment où Pierre et Catherine fondent leur foyer ? Frontenac, le gouverneur, est en campagne contre les Iroquois. « Le traité, signé à Montréal en 1701, est l’œuvre du successeur de Frontenac, Louis-Hector de Callières, gouverneur de Montréal depuis 1684. Comme le traité de Ryswick n’a pas réglé la question iroquoise, il s’ingénie, par un mélange de fermeté et de bons procédés, » à gagner les Indiens.

_____________________________________________________
1. Agnelys, Suzanne & al. France (Beautés du monde), Larousse, 1989, p. 22.

Legault

Les familles Legault sont à l’honneur. Madame Thérèse Legault Bertrand a contribué à la préparation de cette chronique généalogique pour rendre hommage à ses ancêtres paternels, les Legault dit Deslauriers.
Le premier ancêtre au pays est Noël Legault, fils de Roch Legault et de Marie Galion (ou Galiou), d’Irvillac, arrondissement de Brest, évêché de Cornouailles, Bretagne (Finistère), France. Il épouse Marie Bénard (Besnard) (contrat de mariage le 17-11-1698, greffe du notaire Pierre Raimbault), veuve de François Gloria, le 18-11-1698 à Montréal. De ce mariage sont issus onze enfants, quatre filles et sept garçons.
Noël était soldat de la compagnie de Le Verrier. Sous Frontenac, plusieurs soldats arrivent de France entre 1693 et 1696. À cette époque, Noël Legault fait partie des troupes de la franche marine stationnée au Canada. Le 7 septembre 1697, Callière envoie Le Verrier et ses soldats « au pied du Long Sault de la grande rivière, se poster du côté nord dans le lieu qu’il jugera le plus propre pour garder les deux bords. ¹ » Il doit y construire un fort de pieux ou, au moins, y faire un abattis pour se protéger de l’ennemi. Il est possible que le soldat Legault suivit son maître dans cette opération défensive. ¹ »
Noël Legault nous vient de la Bretagne. « Proue de l’Europe, défiant l’immensité atlantique, attaquée de flanc par lames rugueuses de la Manche, la Bretagne aux rivages tourmentés est un exemple d’unité dans la diversité. ² »

Générations

   10e Thérèse Legault – Jean-Paul Bertrand
       m. le 01-09-1956 à Wendover, Ont.
    9e Omer Legault – Florida Gratton
      m. le 04-05-1923 à Wendover, Ont.
    8e Joseph Legault – Léa Gauthier
      m. le 01-03-1897 à Papineauville, Qc
    7e Pierre Legault – Julie Bellefeuille/Poiriau
      m. le 19-04-1870 à Île-Perrot, Qc
    6e Joseph (Clovis) Legault – Angèle Dubois
      m. le 29-01-1855 à Lachine, Qc
    5e Toussaint Legault – Marie Daoust
      m. le 23-09-1811 à Pointe-Claire, Qc
    4e Eustache Legault – Marguerite Allard
      m. le 18-07-1785 à Pointe-Claire, Qc
    3e François Legault dit Deslauriers – Marie Jeanne Groux
      m. le 24-11-1762 à Saint-Laurent (Mtl), Qc
      contrat de mariage 24-11-1762 déposé 22-01-1763
      (greffe Gervais Hodiesne)
    2e Joseph Legault dit Deslauriers – Suzanne Brisebois
      m. le 19-11-1731 à Pointe-Claire, Qc
      contrat de mariage 11-11-1731 (greffe Jean Baptiste Adhémar)
    1re Noël Legault dit Deslauriers – Marie Bénard
       m. le 18-11-1698 à Montréal, Qc
       contrat de mariage 17-11-1698 (greffe Pierre Raimbault)
       Roch Legault – Marie Galion
       d’Irvillac, dioc. de Cornouaille, Bretagne, France

Noël et Marie fondent leur foyer un an après le traité de Ryswick. « Le 20 septembre » 1697, « à Ryswick, la France et l’Angleterre signent un traité de paix. Les clauses 7 et 8, relatives aux colonies rétablissent l’état de choses existant avant la guerre. Les conquêtes effectuées de part et d’autre, depuis 1689, sont ignorées. La baie d’Hudson demeure donc française. » ³

_____________________________________________________
1. Lebel, G. Nos ancêtres, 25, Sainte-Anne-de-Beaupré, 1994
2. Agnelys, Suzanne & al. France (Beautés du monde), Larousse, 1989
3. Lacoursière, Jacques & al. Canada · Québec, synthèse historique, Éd. Renouveau Pédagogique, 1970

Proulx 2

Aujourd’hui, je salue les familles Proulx dit Clément et plus spécialement Marie-Paule Blais et Paul-Aimé Blais, membres La Seigneurie, Centre de généalogie et d’histoire de Hawkesbury. Ils ont contribué à la préparation de cette chronique généalogique pour rendre hommage aux ancêtres paternels de la grand-mère de Marie-Paule, Adèle Clément dit Proulx.
Le premier ancêtre canadien Jean Préaux est le fils de François et Martine Fermière de Vertou, arrondissement et évêché de Nantes, Bretagne (Loire-Atlantique). Il épouse Marie Fleury, fille de François et Jeanne Gilles. Au recensement de 1681, François a 25 ans. Il demeure à Beauport et est domestique de Martin Prévost.

Générations

   11e Stéphanie Blais
      n. le 1978-05-31 à Blainville, Qc
   10e Benoît Blais – Johanne Rivard
      m. le 1974-06-22 à Rosemère, Qc
   9e Marie-Paule Blais – Paul-Aimé Blais
      m. le 1950-07-08 à Outremont, Mtl, Qc
   8e Odile Nadon – Eugène Blais
      m. le 1911-02-06 à Montebello, Qc
   7e Adelle Clément – Joseph Nadon, ingénieur
      m. le 1882-11-27 à Montebello, Qc
   6e Eustache Proult, journalier – M. Adéline Vinette
      m. le 1854-10-16 à Saint-Eustache, Qc
   5e Antoine Clément – Marie Archange Janvry
      m. le 1819-11-08 à Pierrefonds, Qc
   4e Michel Proult – Magdeleine Daoust
      m. le 1787-02-19 à Pointe-Claire, Qc
   3e Jean Baptiste Prou – Marie Biroleau/Lafleur
      m. le 1760-10-20 à Pierrefonds, N.-F.
   2e Clément Prou – M. Placide Dubois
      m. le 1737-02-11 à Pierrefonds, N.-F.
   1re Jean Préaux/Proulx – Marie Fleury
      m. le 1699-03-02 à Québec, Nouvelle-France

Que se passe-t-il en Nouvelle-France au temps où Jean et Marie (1re génération) fondent leur foyer ? En cette fin du 17e siècle, la traite des fourrures faite à outrance sous Frontenac oblige la France à déclarer un surplus de 850 000 peaux de castor. La Compagnie du Canada se forme pour régler le problème.