Bercier

Les familles Bercier sont à l’honneur. Madame Armande Lalonde Bercier, membre de La Seigneurie, a contribué à la préparation de cette chronique généalogique pour rendre hommage aux ancêtres Bercier.
Le premier ancêtre au pays est Louis Bercier, de Le Bernard, évêché de Luçon, Poitou (Vendée), marié vers 1668 à Anne Cochet, aussi de Le Bernard. Cinq garçons baptisés à Batiscan et à l’Ancienne-Lorette, sont issus de ce mariage. Louis, meunier, a cinquante ans au recensement de 1681. Il est cité le 27 juin 1697 à l’Hôtel-Dieu de Québec.
« La langue d’oïl et la langue d’oc, le Nord et le Midi se mêlent plus qu’ils ne s’affrontent dans la région Poitou-Charentes », d’où arrive Louis Bercier.
Touchant à la Vendée secrète, univers de bocages et de canaux dont le front de mer s’arrondit au sud de l’île de Noirmoutier, le seuil du Sud-Ouest étire d’assez plates campagnes vers un Limousin se confondant avec le Périgord vert. Capitale historique du Poitou et grande ville d’art, Poitiers partage son influence avec Angoulême, tête d’un vieux duché, et La Rochelle, port fortifié … ».

Générations

  11eJean-Philippe Bercier
      n. le 1985-03-11
  10eJean F. Bercier – Élaine Lapensée
      m. le 1980-07-26 à Plantagenet, Ont.
  9eJean-Louis Bercier – Armande Lalonde
      m. le 1953-09-01 à Saint-Isidore-de-Prescott, Ont.
  8ePhilippe Bercier – Desneiges Boisvenu
      m. le 1922-09-05 à Saint-Isidore-de-Prescott, Ont.
  7eAlexis (André) Bercier – Léose Leduc
      m. le 1895-09-09 à Saint-Isidore-de-Prescott, Ont.
  6eJean-Baptiste Bercier – Elmire Caza
      m. le 1863-08-31 à Saint-Anicet, Qc
  5ePierre Bercier – Catherine Denis
      m. le 1822-09-09 à Saint-Anicet, Qc
  4ePierre Bercier – Marie-Anne Blais
      m. le 1777-09-10 à Yamachiche, Qc
  3ePierre Bercier – M. Josephte Gendron
      m. le 1741-01-14 à La Pérade, Qc
  2eJacques Bercier – M. Louise Leroux/L’Enseigne
      m. le 1718-09-13 à La Pérade, Qc
  1reLouis Bercier – Anne Cochet
      m. vers 1669, de Le Bernard, Poitou (Vendée), France

En 1668, le gouverneur de la Nouvelle-France est Daniel Rémy de Courcelle et l’intendant Jean Talon. « Le roi demande à l’intendant de favoriser la concentration des habitations, afin de les fortifier les unes par les autres, surtout en temps de guerre. En outre, l’intendant doit préparer, chaque année, une quarantaine de lots défrichés pour recevoir les colons. Pour répondre à ce désir, Talon dresse le plan de trois villages autour de Québec. … »
Extrait du recueil 17